Entretien avec Madame Monique De Mattia-Viviès

Madame Monique De Mattia-Viviès est professeure à l’Université d’Aix-Marseille. Elle a obtenu son doctorat en grammaire anglaise en 1997, qui a été publié en 2000 sous le titre suivant : Le discours direct en anglais contemporain : approche énonciative (Aix-en-Provence, Publication de l’Université de Provence). Madame De Mattia-Viviès est professeure des universités depuis 2007. Avant cela, elle a été Maître de Conférences à l’Université de Provence entre 1998 et 2007. Son dernier ouvrage de grammaire vient d’être publié sous le titre de Leçons de grammaire anglaise. De la recherche à l’enseignement : syntaxe (Volume 1). Il sera suivi par deux autres ouvrages à paraître en 2019. C’est à l’occasion de ces publications qu’En-Globe a souhaité aller à sa rencontre afin d’obtenir son point de vue sur le domaine de la recherche.

EN-Globe (EG) : Quels sont vos domaines de recherche ?

Monique De Mattia Vivies (MDMV) : Ils se sont diversifiés au fil des années. J’ai commencé à travailler sur le discours rapporté, j’ai fait ma thèse là-dessus. Ensuite, à l’intérieur du discours rapporté, je me suis spécialisée dans le discours indirect libre. Ça a été mon champ de recherche principal pendant plusieurs années et après, comme j’ai toujours été passionnée par la transmission, la relation aux étudiants et la transmission de la recherche, j’ai entrepris de faire une grammaire. Au départ, ça devait être quelque chose de modeste, puis ça m’a complètement échappé des mains. C’est devenu de plus en plus… Voyez là, ça fait 1700 pages ! C’est un projet qui m’a occupée quand même huit ans et qui vient justement de la situation d’enseignement. Je faisais état pour chacun de mes cours d’un certain nombre de recherches puisque c’est ça l’enseignement et la recherche : vous êtes censés enseigner mais pas uniquement à partir de manuels, à partir de recherches que vous faites dans le domaine. Donc, en essayant d’utiliser ces recherches et par rapport aux retours que j’avais de la part des étudiants, j’essayais de construire quelque chose qui venait de moi ainsi que d’eux. Ça m’a permis de faire un travail qui est à la fois personnel mais aussi interactif dans lequel je pense que certains étudiants vont reconnaître le questionnement qui a été le leur. Ça a donné lieu à trois publications qui forment une grammaire. Là je viens juste de finir et ce matin je suis allée récupérer le deuxième tome, je suis très contente ! Le troisième reste à publier, ce sera fait en juin. En parallèle de ça j’ai une formation de – je ne sais pas comment appeler ça puisque je n’exerce pas – mais de psychanalyste, car c’est ça qui m’intéresse aussi. J’ai été un peu tiraillée pendant 30 ans de ma vie entre l’enseignement et la psychanalyse.

EG : C’est votre formation initiale ?

MDMV : Oui, j’ai d’abord fait des études anglicistes et en parallèle, une formation en psychanalyse. J’ai envisagé de devenir analyste moi-même. Mais tel que le métier d’enseignant-chercheur s’envisage maintenant, c’est un peu exclu, je n’aurais absolument pas le temps de le faire. Surtout que depuis douze, treize ans je dirige aussi des thèses et ça prend quand même beaucoup de temps. C’est une réflexion la thèse mais c’est aussi une construction, et souvent le directeur y joue un rôle important Cet intérêt pour la psychanalyse n’a pas donné lieu à une pratique. Mais grâce à ma rencontre avec Sara Greaves sur un objet de recherche (dont on a découvert qu’il était un peu identique), grâce à elle, donc, qui était dans cette perspective là avant moi, j’ai commencé des observations à l’hôpital. Ça, ça date d’il y a cinq ans, à l’hôpital Salvatore à Marseille, sous la supervision d’un médecin pédo-psychiatre qui s’appelle Jean-Luc Di Stefano et qui m’a gentiment accueillie dans ses consultations du vendredi matin. C’est une expérience qui m’a énormément fait progresser dans ma réflexion sur l’enseignement. Ce qui est un tout petit peu frustrant c’est que je n’étais pas censée prendre la parole et d’ailleurs je ne l’ai jamais fait, j’étais là en position d’observation. Sinon, l’expérience a été extrêmement enrichissante et ça a donné lieu à ce fameux cours [de psycholinguistique dispensé aux M2] qui est un peu balbutiant puisqu’il se met en place et ça va prendre des années avant que ce soit perfectionné.

EN : Je voulais vous poser une question, pour vous c’est le regroupement de la psychanalyse et de la grammaire qui vous a permis de vous épanouir en tant que chercheuse, qu’est ce que vous pensez du fait qu’on a tendance à séparer les disciplines ? 

MDMV : Je pense qu’au départ quand on construit son domaine de recherche et quand on se construit comme chercheur c’est quand même bien qu’il y ait une séparation. Il y a des domaines avec des traditions qui leurs sont propres. Par exemple, la psychanalyse a toujours jeté un regard méfiant sur la linguistique parce que les objets de recherche et les méthodes ne sont pas les mêmes. Donc au départ si les domaines sont séparés ça vous construit en tant que chercheur. Au-delà d’un certain stade, une fois établi comme chercheur dans une discipline, on peut rester à l’intérieur de cette discipline et en être très heureux mais ce n’était pas mon cas. Une voie s’est imposée à moi, que je n’ai pas construite seule ; d’autres m’ont aidée, comme ma collègue francisante spécialiste du discours rapporté, Laurence Rosier, avec sa formule de « syntaxe mensongère », qu’elle m’a un jour suggérée, suite à une communication que je venais de faire, et que j’ai ensuite reprise à mon compte et appliquée à tous mes objets de recherche. Pour moi l’interdisciplinarité à un certain stade est nécessaire. C’est comme le bilinguisme, si vous êtes monolingue votre esprit peut être moins plastique, moins sensible à la diversité des approches. Je ne sais pas si vous pouvez théoriser sur le langage en termes uniquement abstraits parce que nous avons tous un rapport personnel au langage, et comme les mots ne veulent pas dire complètement la même chose pour vous et pour moi, par exemple, il y a du malentendu. De ça, personne ne peut en rendre compte. Il faut l’intégrer à votre travail scientifique, lui trouver une place en quelque sorte.

EG : C’est replacer l’humain au centre de la recherche ?

MDMV : Absolument. Et si vous ne le mettez pas au centre, comme vous dites, ça peut donner lieu à des conflits. Vous savez en linguistique, pendant très longtemps il y a eu d’énormes conflits d’écoles. Mais les écoles s’articulent autour de personnes, alors les linguistes se reconnaissent en cette personne, puis en cette théorie. Les écoles structurent un champ. Mais elles le défont aussi, lorsqu’elles prennent le pas sur la discipline elle-même. Heureusement, ces conflits d’école sont en perte de vitesse. C’est très bien ainsi parce que, précisément, je crois que ce qui explique cela, du moins en partie,  c’est l’apport des autres disciplines ; et il est plus porteur pour un chercheur de voir les différentes écoles non comme s’opposant mais comme apportant des regards différents, comme se nourrissant les unes les autres, sachant qu’aucune à elle seule ne peut revendiquer tout le champ… Mes maîtres, que ce soit René Rivara ou Jean-Jacques Lecercle m’ont transmis cette conception-là.

EN : Vous envisagez donc la recherche comme une discussion ?

MDMV : Voilà, il faut l’envisager comme cela, les travaux que nous faisons étant des propositions, non ‘la vérité’ ; mais c’est parfois très dur parce que quand un chercheur affirme : « ce concept n’est pas adapté, je ne suis pas d’accord avec vous », s’il a des arguments scientifiques, vous arrivez à accepter le désaccord et au contraire, les arguments peuvent vous permettre de progresser dans votre réflexion, mais s’il n’y a pas vraiment d’arguments, c’est juste que la personne défend sa vision. Cela court-circuite un peu le débat, mais cela fait aussi partie de la vie scientifique. Il est parfois difficile de partager sa recherche et de la voir questionnée. Mais si vous la concevez comme une proposition, la vôtre, qui n’exclut pas les autres, cela n’empêche pas du tout l’échange, au contraire. C’est comme accepter l’instabilité dans la recherche, accepter le malentendu, il faut lui faire une place. Cette place a été conceptualisée en linguistique : c’est ce que Jean Jacques Lecercle appelle le reste. Le reste en linguistique c’est ce que vous ne pouvez pas formaliser. Alors il ne faut pas se dire : « je n’y arrive pas parce qu’il n’y a pas de solution ». Ça c’est trop facile. Il y a peut-être une solution mais, en l’état actuel des choses, on n’arrive pas à la formaliser et bien… tant pis. Il faut lui faire sa place, pour l’instant on n’y arrive pas mais un jour on y arrivera.

EG : Et qui sait peut-être en introduisant d’autres disciplines dedans ?

MDMV : Absolument, voilà, exactement.

EG : J’aimerais maintenant vous demander vos approches par rapport à l’enseignement et comment vous envisagez cette transition entre recherche et enseignement ? Vous nous avez parlé d’interactivité tout à l’heure.

MDMV : Oui, on va peut-être partir de là. Au fil du temps, il m’est devenu extrêmement difficile de faire des cours magistraux. Ça a l’air paradoxal, parce que quand vous avez plus d’expérience vous pouvez plus facilement parler devant beaucoup de gens, en principe. Pour moi, c’est l’inverse, plus le temps passe, plus je trouve ça difficile de faire des cours magistraux. Non pas parce qu’il y a beaucoup de gens mais parce qu’il n’y a pas d’interaction. Vous pouvez essayer d’en créer mais c’est déstabilisant pour les étudiants, donc il vaut mieux que chacun reste dans son rôle ; les étudiants écrivent et nous, nous parlons. Sauf que l’absence d’interaction véritable pour moi (et pour d’autres car je ne suis pas la seule dans ce cas) est extrêmement difficile. D’abord parce que vous ne voyez pas bien les étudiants, vous ne savez pas s’ils ont compris ou non ce que vous dites. Il y a à peu près une vingtaine d’années, quand j’ai débuté en tant qu’enseignant-chercheur, j’ai eu la chance d’avoir un cours de maîtrise [équivalent du master aujourd’hui]. Là j’ai pu faire état de ma recherche sur le discours rapporté. Je me suis rendue compte qu’il y avait un écart considérable entre ma recherche personnelle telle que je l’avais écrite pour ma thèse et cette même recherche dès lors que je la partageais avec les étudiants. Le fait de de devoir l’expliquer faisait apparaître des points aveugles énormes que personne n’avait vus (à commencer par moi) dans mon travail et qui ne devenaient visibles que parce que j’essayais de didactiser mon travail. Ça a complètement modifié mon rapport à la recherche. Je ne peux plus faire ma recherche maintenant si je ne la teste pas avec les étudiants. Je dois transmettre mes hypothèses d’abord, et une fois que j’ai eu le retour des étudiants, et leurs questions, je peux envisager de commencer à écrire. Je ne peux plus faire la démarche inverse. Il n’y a pas d’un côté la recherche et de l’autre l’enseignement.

EG : Quelles difficultés avez-vous rencontrés lors de la publication de vos recherches ?

MDMV : Au début c’était très facile parce que j’ai eu la chance de trouver un éditeur pour ma thèse qui l’a acceptée sans que j’aie eu à la remanier. Après j’ai publié mon deuxième livre, toujours chez le même éditeur. Puis j’ai publié un autre recueil de thèmes grammaticaux, chez Ellipse qui n’est pas un éditeur de recherche comme les Presses Universitaires de Provence. Ça a été plus compliqué pour la publication de la grammaire (mon dernier ouvrage en 3 volumes…) parce que tout ce qui relève de la pédagogie de la grammaire, de la transmission de la recherche est très difficile à publier, notamment dans le domaine de l’anglais. Dès qu’on s’intéresse à la façon de transmettre la grammaire de l’anglais à un public de francophones, on intéresse les personnes dont l’anglais n’est pas la langue maternelle. Par contre, ce travail n’intéresse pas les chercheurs anglo-saxons qui travaillent sur leur propre langue. La didactique de la recherche cible un public et forcément il est plus restreint dans le monde anglo-saxon donc plus difficile à faire publier. D’autant plus si vous écrivez des ouvrages sur la transmission de la recherche qui est encore un peu une nouveauté. Après huit ans, je peux dire que je n’ai jamais rien fait d’aussi difficile.

EG : Quels conseils donneriez-vous aux futurs doctorants et doctorantes ?

MDMV : Alors, quand j’ai commencé ma thèse, je n’étais pas totalement sûre, je dois dire, d’avoir envie de faire de la recherche, mais j’avais envie d’enseigner. De cela j’étais sûre. D’ailleurs, j’enseignais en parallèle et en fait c’était ça ma passion. Lorsque l’on commence dans la recherche, en tant que doctorant, c’est la recherche des autres qui vient à vous, on est obligé de lire l’état de la recherche, de faire des fiches… Ce n’est que lorsque j’y ai mis quelque chose de moi-même que j’ai senti véritablement mon entrée dans la recherche. Et cela est venu au bout de 2 ou 3 ans… Alors, qu’est-ce que j’aurais à conseiller à des personnes qui entrent… C’est d’accepter le fait que ça puisse ne pas être qu’agréable, que la confrontation au savoir c’est quelque chose de presque douloureux au début. Parce que vous n’y avez pas votre place, c’est vraiment la voix des autres. Un autre conseil serait d’accepter que ce ne soit pas extraordinaire, que ce soit difficile notamment d’écrire, ça peut être extrêmement angoissant. J’aurais envie de dire qu’il ne faut pas avoir peur de ça, que c’est normal et que même si ça prend du temps il ne faut pas en avoir peur si c’est ça que l’on veut faire. Mais on peut entrer dans la recherche, comme je l’ai fait, par le biais de la passion pour l’enseignement parce que la recherche (c’est-à-dire le questionnement, le doute, la mise à l’épreuve de ses hypothèses) et l’enseignement, pour moi, c’est la même chose. Vous enseignez donc forcément vous cherchez, parce qu’autrui va vous renvoyer des questions qui ne porteront peut-être pas sur votre sujet, mais parce que vous êtes l’enseignant, et que votre mission est de chercher de sorte à pouvoir répondre à ces questions. Après il y a des personnes qui ne sont pas prédisposées à faire un doctorat ; non au plan intellectuel, mais au plan personnel et psychologique.  Le travail de thèse est un travail solitaire. Il m’est arrivé d’avoir un ou deux doctorants qui se sont inscrits en thèse et qui ont compris que justement être confronté à soi n’était pas pour eux parce que la recherche c’est d’abord être seul, et seul avec soi. Là les doctorants sont plus encadrés que nous nous l’étions dans la précédente génération mais faire une thèse, c’est quand même faire un travail solitaire, et tout le monde n’y est pas préparé.

Mais ce travail convient parfaitement à d’autres psychologies ; il faut simplement savoir que c’est un travail un peu particulier, qui ne ressemble pas tout à fait aux années d’étude qui y conduisent…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.